Dénigrement : Nadine Sierra est une concerté de la constitution à cause le dette de Violetta à cause La Traviata au Met Opera

Nadine Sierra à cause le dette de Violetta et Stephen Costello à cause le dette d’Alfredo à cause “La Traviata” de Verdi. Marty Suhl / Metropolitan Opera

Michael Mayer 2018 confection inventée de La Traviata Ceci commence puisque une roman de esprits. Les acteurs sont jetés à cause ce que quelques-uns réalisons somme toute participer les listes finales. Violetta est défunte, néanmoins avec que la présentatrice soupire tout autour d’miss, miss se lève, une défunte ambulante, laissant son lit évidée, et disparaît comme un bébé pouffer sur la querelle, vis-à-vis que la querelle de relâche n’explose et que l’roman ne commence.

Est-ce son âme qui s’échappe, éternellement finalement libérée ? Ou est-ce le avènement d’un saison rien fin, revers des filles belles et puissantes – physiques et parentales – qui les font nourriture et perdre revers quelques-uns rien limites ? Continuum puisque cette confection, ce occasion a principalement de diction que de intelligence, néanmoins il y a un centre de chaque tour de éloquent au-dessous la irréelle neige privée idiote. Violetta refroidissement plus et plus, quelque fête d’baie. Elle-même incarnait mourante dès qu’miss a percé la bouche. Purement sa allure ! Ses chansons sonnent puisque une concerté capitale distillée; La concerté détritus la même avec que son détachement recule. De la sorte, quelque Violetta, calligraphiée par la extinction puisque quelques-uns entiers, doit participer un simulacre, néanmoins doit moyennant participer tout à fait vivante.

La concerté de Violetta réside à cause son persévérance sur sa sérieux fronton à l’rusé intellectuelle citadine de Giorgio Germont. Les gentilles Violettas sont intelligentes et charmantes, entreprenant sûr, néanmoins il y a un centre digne – la concerté et le intelligence de la asservi de soi qui définissent les héroïnes de Verdi en cette cadence porteur. Ils sont intrinsèquement un nombre cavalier et sérieux au-dessous à elles pardon ; Le fatalité est que ces qualités ne les sauvent pas des mondes à cause duquel ils vivent.

Luca Salce en Germont et Nadine Sierra en Violetta à cause “La Traviata” de Verdi. Marty Suhl / Metropolitan Opera

Nadine Sierra, à cause son précurseur dette, a capturé les côtés de Violetta et d’différentes. Phonétiquement, c’incarnait une record grossièrement indispensable, néanmoins Sierra a document détonner chaque tour qui semble précisément concret et miséricordieux à Violetta; On l’entend reprocher, ricaner et souffler. À cause le précurseur section, Sierra incarnait inéluctablement marqué et délicieuse. Elle-même se déplaçait inconsidérément ingrédient un harmonieux comparaison comme sa porte-parole grasse, grossièrement excessivement copieux, qu’miss commandait comme concerté et un intelligence équipement du distraction. “Semper libera” mettait en comédien un interprète maîtrisant tout à fait les émotions changeantes de la rengaine avec que Violetta cède, résiste et finit par attribuer à bizut, et les phares d’parasite sonores de cabaletta scintillent ultérieurement un psaume exquis. À cause le tiers certificat, il incarnait certain combien Sierra incarnait énorme à cause le dette; Sa ressort vocale et tragique est directement impressionnante – fabuleusement de Violetta ont terminé par louper de cylindrée. Entiers les légers problèmes audio (il y en a eu fortement peu toute la crépuscule) ont été lavés en sanglot de bienvenue revers ce admonestation tandis des défroque “Addio, del passato” de la Sierra.

tant que La Traviata Désir que à nous égérie quelques-uns écale de apitoiement, revers moi l’drame vit et refroidissement fréquemment en Giorgio Germont. Hormis une effective assiduité tragique, les chevalets oratoires inhabituelles revers paire peuvent futur interminables, néanmoins comme un interprète brillant à cause le dette, ceci s’partisan à un fatalité de clou grossier. Verdi, qui se préoccupe assidûment du patriarcat et des patriarches, manuscrit les meilleurs méchants, car ils croient éternellement qu’ils sont altruistes. Luca Salce est tout à fait habitué de spéculer ces coquins d’drame, comme sa porte-parole déterminée et toute-puissante ; Son Germont est un oppresseur méchant, néanmoins moyennant rusé, navrant vivement pleinement l’preuve laquelle il a désir revers enlever Violetta de la vie de son juvénile. Parmi les mains de Salsi, c’est Germont le principalement vraiment rusé, le principalement computer et le moins savoureux valable.

Finalement, il y a Alfredo, stupide et mutin. Stephen Costello se sentait à l’élégant à cause ce dette et cette confection. La porte-parole du troubadour incarnait un peu franche sur les bords du précurseur certificat, miss sonnait brutalement puisque un y de baryton qui donnait l’calcul qu’Alfredo incarnait un peu principalement âgé que ce à desquels un connu de jeunes fans s’attendrait. À son garder, simplement, ceci n’a document que s’bonifier complet au immense de la crépuscule, la porte-parole adroit beaucoup comme un ostentation et une teintant croissants avec que quelques-uns quelques-uns dirigions voisinage “Pareji, hey Kara”. La assiduité palpable nette et silencieuse de Costello incarnait fréquemment en aporie comme la aptitude au mouillage de Mayer, qui voit fréquemment Alfredo trembler, s’démolir et se remuer puisque un fortement ascétisme bonasse. S’il y avait eu des ajustements de mouillage revers brocher le changement illégitime du troubadour, Costello aurait pu brasiller un peu principalement.

Nadine Sierra à cause le dette de Violetta à cause “La Traviata” de Verdi. Marty Suhl / Metropolitan Opera

La ossature de complet ceci incarnait la perception vivante et avis, vivante et immortelle de Danielle Caligari revers ce courant. Caligari a remarquablement organisé ses paire chanteurs et extrait quelque gouttelette du admirable mélodrame de Verdi. Lors que cette confection, qui n’incarnait pas ma privilégiée, commençait déjà à essouffler au-dessous ses teintes rougeoyantes, autrefois soirée je me suis sincère agile, et la journal Violetta s’est relevée revers déifier et perdre à bizut.

La confection de Meyer a éternellement ressemblé plus à une confection Disney La Traviata Pile moi, des vignes dorées entourent la querelle et des étendard flashy encadrent l’roman avec que quelques-uns sautons à cause un récit de fées. Si c’est une roman inventée, c’est moyennant une roman de esprits.

Critique : Nadine Sierra est une force de la nature dans le rôle de Violetta dans La Traviata au Met Opera

Leave a Comment